vendredi 2 octobre 2009

INFO : Martin Bouygues fait plancher ses cadres sur l'avenir du média TV



On savait Martin Bouygues préoccupé par l'avenir de la "chaîne leader" TF1 qui a vu son audience s'effriter régulièrement ces dernières années pour tomber à 26,6 % en  septembre selon Médiamétrie (contre 28 % l'an dernier à la même époque), et ses recettes publicitaires fondre de 23 % sur le seul premier semestre. L'arrivée d'Axel Duroux au poste de numéro deux de la Une, le 14 septembre dernier, aux côtés du PDG Nonce Paolini, a été sa première réponse au problème immédiat de la chaîne : redresser la gîte dangereuse qu'avait prise le paquebot TF1... Le nouveau tandem dirigeant s'emploie actuellement à redynamiser les programmes avec une grille de rentrée centrée sur les valeurs sûres, fiction américaine ("Docteur House", "Lost"...) pour le public familial et télé-réalité à tout va ("Koh Lanta", "Secret Story"...) pour reconquérir les jeunes téléspectateurs. Et il vient de signer le rachat de TMC et NT1 au groupe AB pour reprendre l'initiative sur la TNT (accord encore soumis au feu vert de l'Autorité de la Concurrence).
Mais Martin Bouygues a décidé en parallèle de prendre un peu de hauteur : selon nos informations, il a commandé avant l'été un rapport interne à une poignée de cadres maison, venant de tous horizons. Thème de la lettre mission, une question toute simple...enfin si l'on ose dire : "Face à Internet, que sera de la télévision de l'avenir ?".
Selon l'entourage du PDG du groupe Bouygues, il ne s'agit en aucun cas d'une mission d'audit centrée sur le problème TF1. "Martin demande chaque année ce type de note sur un sujet clé ayant un impact sur l'évolution de nos métiers. C'est une manière de croiser les savoir-faire et d'avoir un oeil neuf et prospectif", explique-t-on. Le bâtiment, les télécoms, l'immobilier ont déjà eu droit à ce type de "Think Thank"... Mais cette année le fait est que son choix s'est porté sur le média TV au moment où la Une doit faire face à la concurrence croissante de la télévision numérique terrestre et surtout de la télévision à la demande sur Internet qui ringardise de plus en plus la "télé de papa", surtout chez les moins de 30 ans.

Cinq à six cadres de haut niveau issus de différentes filiales de Bouygues planchent ainsi depuis le mois de mai sur cette question stratégique de la télévision de demain...d'un tout autre niveau que celles posées par Christophe Dechavanne à "La Roue de la Fortune" : parmi eux, Guillaume Chartier, directeur général adjoint de Bouygues Batiment Ile-de-France Ouvrages Publics, Philippe Chey, directeur général d'Exprimm (services à l'immobilier), Jean-Pierre Poisson, directeur des relations sociales de Bouygues Télécom, ou encore Daniel Preljocaj, directeur administratif et financier de TF1 International et Vidéo (le seul représentant de la Une dans ce groupe de travail). Les rapporteurs, qui ont déjà audité plusieurs spécialistes de la télévision et de l'internet, devraient rendre le résultat de leur réflexion à Martin Bouygues début janvier. Il s'agira d'une note concentrée, comportant une dizaine de pages, qui pourrait bien avoir quelques conséquences sur la stratégie du groupe  de la Une et sa filiale Internet e-TF1 face au grand chambardement numérique.

Jean-Christophe Féraud

Aucun commentaire:

Publier un commentaire