lundi 28 septembre 2009

DECRYPTAGE : Capitalisme de barbichette



Henri Proglio dé-com-ple-xé sur le cumul des mandats

Dé-com-ple-xé du mandat Henri Proglio ! Le patron de Veolia qui vient de réussir à se faire nommer à la présidence de l'électricien public EDF veut aussi garder un oeil sur les affaires du géant des services à l'environnement (l'ex-Compagnie Générale des eaux) pour laquelle il travaille depuis 30 ans. Pour ce faire, il va faire voter une légère modification des statuts de l'entreprise qui lui permettra de devenir président du conseil de surveillance de Veolia ET président-directeur général d'EDF !
Henri Proglio ne voit pas pourquoi il n'aurait pas le droit au même traitement que Gérard Mestrallet, patron de GDF Suez ET président du conseil d'administration de Suez Environnement...

D'autres exemples au secours d'Henri Proglio ?
Jean-Cyril Spinetta, est président du conseil de surveillance d'Areva ET du conseil d'administration d'Air France-KLM ; Jacques de Chateauvieux est président du conseil de surveillance d'Axa ET PDG du fournisseur de services maritimes Bourbon...

Bon, mais évidemment on peut s'interroger légitimement
sur sa capacité à mener de front sérieusement ces deux fonctions. Cette nouvelle illustration du capitalisme de barbichette à la française - "je te tiens, tu me tiens..." - fait évidemement hurler la gauche et les esprits chagrins qui pensent cumul des jetons de présence. Mais pas seulement. Des voix s'élèvent au sein même du monde feutré des grandes entreprises du CAC 40. Voyons ce qu'en dit le très sérieux président de l'Institut français des administrateurs (IFA), Daniel Lebègue : « Est-ce qu'un homme, aussi talentueux et investi soit-il, a la capacité d'avoir cette double responsabilité ? » De fait, les précédents sont rares. « Je ne vois pas de situation similaire à l'étranger »... En clair, cette affaire n'est pas un modèle de bonne "gouvernance" comme on dit chez les patrons.
Il faut dire que les textes de rédérences comme le rapport bouton "pour un meilleur gouvernement des entreprises cotées" n'interdisent ni ne condamnent le cumul des mandats. Tout juste relèvent-ils la nécessité de prendre en compte "de possibles, conflits d'intérêts"...

En politique, il y a bien une loi sur le cumul des mandats
...électoraux :
-
la loi organique n° 2000-294 du 5 avril 2000
stipule que le cumul des mandats de député et de sénateur est interdit (article L.O. 137 du code électoral), un député ou un sénateur ne peut plus cumuler son mandat parlementaire avec celui de représentant au Parlement européen (article L. O. 137-1). Est également incompatible avec l'exercice d'un mandat parlementaire l'exercice de plus d'un mandat local parmi les mandats de conseiller régional, conseiller à l'assemblée de Corse, conseiller général, conseiller de Paris, conseiller municipal d'une commune d'au moins de 3 500 habitants (article L.O. 141)...

Mais au pays du CAC 40, rien n'empêche ou presque nos chers patrons de cumuler leur poste de PDG avec divers mandats d'administrateurs dans d'autres entreprises du même calibre... Comme on n'est pas dans le monde merveilleux de Oui-Oui où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, l'auto-régulation n'est pas pour demain. La puissance publique qui semble désireuse de mettre son nez dans les rémunérations, bonus et autres retraites chapeaux - paroles, paroles ? - serait également bien inspirée de se pencher sur la question du cumul des mandats en entreprises. Sauf que dans le cas d'Henri Proglio, elle n'est pas étrangère à sa nomination à la tête d'EDF dont l'Etat détient toujours 85 %...
Jean-Christophe Féraud

Aucun commentaire:

Publier un commentaire