jeudi 7 janvier 2010

Nos chères têtes blondes sont d'affreux mutants numériques


Le "temps de cerveau disponible" cher à l'ancien patron de TF1 Patrick Le Lay n'est plus ce qu'il était... Exit le téléspectateur décérébré ingurgitant passivement de la pub à haute dose comme une moule de canapé ! Née avec l'internet, les consoles de jeux et le téléphone mobile, la génération des "Digital Natives"- comme l'appellent les vrais faux sociologues et autres  défricheurs de tendances - n'a plus assez d'yeux pour zapper sur la multitude d'écrans que notre merveilleuse société de consommation high-tech met à leur disposition (enfin pour ceux qui ont encore les moyens de consommer).
 Amis parents vous l'avez tous constaté !
Dès qu'il leur vient quelques boutons, un peu de duvet et l'envie de tester les limites du contrôle parental au sens propre et figuré, nos chères têtes blondes prennent l'habitude de faire leurs devoirs :
 a) en regardant la télé
 b) et/ou l'ordi portable sur les genoux pour aller sur Facebook, chatter sur Windows Live Messenger, visionner un clip des Black Eyed Peas sur YouTube...ou prendre un cour d'éducation sexuelle accéléré version X rated.
 c) et/ou le mobile dans une main pour échanger des SMS ou des "C'est trop Top, c'est trop Pas" de vive voix avec Kevin ou Cassandra
 d) et/ou la console Nintendo DS dans l'autre pour finir une partie de Super Mario Bros.

Bref, nos ados sont de véritables mutants multimédia connectés en permanence au réseau en Wi-fi ou en 3G, tellement scotchés aux écrans qu'ils en deviennent des "No Life" bronzés comme des endives...OK, OK ce n'est pas un scoop. Mais le très sérieux cabinet d'études américain Forrester s'est penché scientifiquement - enfin à la manière des sondages - pour quantifier très précisément le phénomène.
 "How European Teens Consume Media ?" s'est demandé tout à trac l'un de ses analystes londoniens, Nick Thomas ...Bonne question Yes Indeed ! Car "comprendre le comportement des adolescents est un véritable challenge, non seulement pour leurs parents, mais également pour les fournisseurs de contenus ou les professionnels du marketing qui essayent de nouer des liens avec eux", dit joliment Mister Forrester... Moi j'aurais formulé cela plus franco : "Amis publicitaires et annonceurs, nous allons vous aider à comprendre comment ces hyper-consommateurs en devenir utilisent les joujous électroniques que l'on a vendu à leurs parents pour que vous puissiez leur vendre votre soupe".

Et bien les 1.400 ados européens âgés de 12 à 17 ans interrogés pour cette étude ont deux grandes passions "qu'ils pratiquent souvent en même temps" : trainer sur internet et communiquer en permanence avec leurs congénères. Et plus encore que leurs petits amis  italiens, allemands, néerlandais, espagnols ou britanniques, les ados français sont totalement accros à cette schizo-conso numérique.

- Entre 17h et 20h, le fameux access-prime time cher aux vendeurs de yaourts de tout poil, 65 % d'entre eux seraient devant la télé (deux fois plus qu'en Espagne) et 57 % devant un DVD...sans forcément regarder le superbe écran plat que papa et maman se sont offert à Noël. Car 77 % disent aussi qu'à ces heures là ils surfent sur internet (contre 53 % en Italie) et 57 % affirment jouer sur leur PC !
- Mais quand ils sont devant l'ordi, 60 %  des Kids gaulois écoutent aussi de la musique, 50 % regardent en même temps la télévision, 52 % discutent en ligne avec leurs amis du programme qu'ils sont en train de regarder (!), 47 % utilisent parallèlement leur téléphone mobile et 44 % s'envoient des SMS.

Verdict de Forrester : les "french teens" sont total accros à Internet, presque autant télé-addicts que leurs homologues britanniques (recordmen avec 74 % devant le petit-écran entre 17h et 20h) , et au niveau de la multi-consommation numérique, ils font "bien plus que la moyenne européenne". Et ce n'est pas tout : "les adolescents Français sont parmi les bloggeurs les plus assidus". C'est bien vrai ça. Prenez ma grande fille : à 10 ans elle bloggait déjà pour chroniquer sa vie de chien en  CM2. Pas peu fier il était le papa qui n'avait même pas encore le sien de blog... Alors bravo les enfants, pour une fois que vous êtes premiers en quelque chose continuez ! Et s'il vous reste un peu de temps, entre deux ou trois écrans, n'oubliez pas de faire vos devoirs. Cela tombe bien, vous pouvez les faire sur ordi : pour rester dans le coup, vos profs se sont mis eux aussi au "cartable électronique" avec tout plein de rédactions de français, de problèmes de maths et de leçons d'histoire dedans...

Mais les consultants de Forrester ont d'autres préoccupations tout aussi louables : aider les annonceurs publicitaires à profiter des fragments de temps de cerveau disponibles qui se bousculent façon puzzle à l'intérieur de nos chères petites têtes blondes connectées. Voilà leurs conseils avisés aux marchands de yaourts de tout poil :
- "Intégrer la logique des réseaux sociaux dans tous les produits destinés aux adolescents"
- "Leur offrir une expérience multi-plateformes adaptée à leur consommation simultanée des médias"
- "Utiliser la musique pour retenir leur attention"
- "Utiliser les jeux vidéos pour les attirer"
(...)  Oui et bien moi, quand je lis ce petit manuel de Propaganda publicitaire adaptée à l'ère numérique, ça me donne plutôt envie de débrancher le Wi-Fi à la maison et d'emmener les filles humer le bon air frais de la campagne, sans ordi, ni console, ni téléphone mobile 3G... Menfin je dis ça à chaque fois... Encore faudrait-il que j'arrive à leur donner le bon exemple en décrochant un peu de Twitter, du blog et de mon iPhone...Voilà une bonne résolution pour 2010 !
J-C.F
Votez pour Mon Ecran Radar à la Coupe de l'info...
 

3 commentaires:

  1. "J'aime" à la Facebook.

    Bien tourné et bien écrit ... surtout l'expression "schyzo-conso numérique"! Personnellement cet assault de numérique me fait froid dans le dos et pourtant ... j'ai 23 ans ! Difficile de se sentir largué à mon âge ...

    Enfin le terme largué n'est pas exacte, mais le sentiment très frustrant de ne pouvoir être présent partout. On aimerait être de plus en plus omnipotent pour avoir le sentiment de vraiment vivre dans son temps.

    Mais comme précisé dans ce billet http://aspectconsulting.fr/?p=476 (dont je suis l'auteur hem hem) et le votre, et c'est plutôt rassurant, on en revient toujours à la même conclusion: lorsqu'on prend un peu de recul sur l'évolution numérique et son influence et que l'on réfléchit, notre souhait est toujours d'emprunter la sortie de cette autoroute qui fait tourner la tête et de revenir à des choses plus simples ... et ce quelque soit l'age qu'on ait ! M'est avis qu'il n'y aura pas d'exceptions pour ces "chères têtes blondes".

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce commentaire flatteur ;-) Moi j'ai 43 ans et j'hallucine forcément encore plus que vous : quand j'avais votre âge Internet n'existait pas ou presque en dehors du réseau militaro-américain Arpanet, dans les rédactions on travaillait encore essentiellement sur des machines à écrire et le copier-collé se faisait au ciseau et à la colle (!), les seuls téléphones mobiles existant pesaient 1 kilo avec un abonnement tarif millionnaire... Et aujourd'hui nous sommes connectés en permanence avec l'obsession de ne rien rater en temps réel... Vous avez raison dans votre billet "trop de sources, trop d’information, trop d’excitation", pas assez de recul, de réflexion, de mise en perspective. La révolution numérique change notre conception du travail, du temps, de la vie...mais il faudra bien qu'on arrête de courir pour réfléchir un peu à ce que nous devenons : nos enfants sont des mutants, mais j'ai moi-même l'impression de muter en ce moment !
    JCF

    RépondreSupprimer
  3. Je défends pour ma part ( http://www.hyperbate.com/dernier/?p=8582 ) que ces "natifs du numérique" sont aussi et surtout passifs", et d'ailleurs c'est ce qu'on attend d'eux et c'est l'optique de l'étude dont vous parlez. Ce n'est pas parce que l'on a un skyblog consacré à une chanteuse ou qu'on écrit à ses amis sur Facebook qu'on peut dire que l'on prend en mains ses outils et que l'on produit réellement du contenu. Il s'agit plus de participer au bon fonctionnement de la machine.

    RépondreSupprimer